Obtention d’un visa pour voyager aux États-Unis

Velorail Cantal

Les États-Unis est l’un des pays les plus visités au monde. Il est toutefois nécessaire de détailler les types de visa en fonction de l’objet de la visite, pour des raisons de sécurité et pour protéger les frontières.

Il y a certains pays dont les citoyens n’ont pas besoin d’un visa pour se rendre aux États-Unis ; dans ce cas là, les voyageurs doivent remplir un formulaire ESTA.

Visas pour les non-immigrants qui souhaitent visiter les États-Unis

Les visiteurs temporaires et les non-immigrants ont plusieurs types de visas qui peuvent être traités pour leur permettre de rester sur le sol américain. Des aspects tels que le but du voyage ou autre seront pris en compte pour déterminer le type de visa dont le visiteur aura besoin, conformément à la loi sur l’immigration des États-Unis.

Il est important que le visiteur soit bien informé sur le type de visa de non-immigrant dont il aura besoin pour voyager et sur la procédure qu’il devra suivre pour faire une demande de visa auprès d’un consulat ou d’une ambassade des États-Unis à l’étranger.

L’ESTA pour visiter les Etats-Unis

Lorsque les citoyens d’un pays étranger se rendent aux États-Unis pour des vacances ou pour affaires, il est nécessaire de demander et d’obtenir une autorisation de voyage électronique si la nationalité le permet. Grâce au Visa Waiver Program, les citoyens des pays qui composent le programme peuvent obtenir un permis de visite via un processus beaucoup plus simple et rapide puisqu’il suffit de demander une autorisation ESTA.

L’ESTA doit être approuvé avant le du voyage et sera lié au passeport du visiteur pour lui permettre de rester sur le territoire des États-Unis pour une durée maximale de 90 jours.

L’ESTA dans un but touristique

Les raisons de la délivrance de ce type de permis sont les suivantes

  • Pour rendre visite à la famille et aux amis.
  • Participation à des cours gratuits de courte durée.
  • Les traitements médicaux.
  • Plaisir et/ou tourisme.
  • Participation et préparation d’événements musicaux, culturels et sportifs non rémunérés.
  • Cours de courte durée pour étudier (par exemple : 2 jours pour prendre des cours de maquillage professionnel).

L’ESTA pour des affaires

Les raisons de la délivrance de ce type de permis sont les suivantes

  • La négociation d’un contrat.
  • Participation et/ou assistance à des conférences éducatives, scientifiques, commerciales ou professionnelles.
  • Rencontres avec les partenaires d’une entreprise.

Quelle est la durée de validité de l’ESTA

C’est une question fréquente de nombreux voyageurs : Combien de jours peuvent-ils rester aux Etats-Unis avec ESTA ?

Un aspect important à garder à l’esprit est qu’une fois le document d’autorisation de voyage approuvé, il sera valide pendant 2 ans à partir de sa date de délivrance ou jusqu’à l’expiration du passeport. Par conséquent, lorsque le passeport du voyageur expire, l’ESTA perd sa validité. Si le passeport est retiré pour une raison quelconque, l’autorisation ESTA perd sa validité.

Un voyageur ayant une autorisation ESTA est autorisé à séjourner aux États-Unis pendant un maximum de 90 jours par séjour et un maximum de 180 jours par an. En d’autres termes, le visiteur peut entrer aux États-Unis à diverses occasions durant l’année, mais les séjours ne peuvent pas dépasser 90 jours continus et ne peuvent pas dépasser un total de 180 jours par an.

Cette autorisation peut être retenue ou retirée par les autorités frontalières et douanières lorsque cela est jugé nécessaire et si l’ESTA expire pendant le séjour du voyageur aux États-Unis, aucune nouvelle autorisation n’est nécessaire, car l’autorisation correspondante n’est requise que pour l’entrée aux États-Unis.

Quand faire sa demande ESTA ?

Il n’y a pas de période fixe pendant laquelle l’autorisation ESTA doit être traitée pour pouvoir voyager aux États-Unis. L’ESTA peut être traité à tout moment avant la date de départ. Toutefois, il est recommandé de soumettre la demande au moins trois jours avant le départ dans le pire des cas, des mois à l’avance pour plus de sécurité (notamment si votre ESTA vous est refusé).

Une fois que la demande a été complétée, les délais d’approbation de l’ESTA sont de l’ordre de quelques minutes dans la majorité des cas. Occasionnellement, les délais de délivrance peuvent être prolongés jusqu’à un maximum de 3 jours. Ce sont les périodes pendant lesquelles les agents d’immigration peuvent prendre le temps de vérifier les informations fournies.

Par conséquent, la meilleure façon d’éviter des problèmes est de demander une autorisation ESTA dès que vous décidez de vous rendre aux Etats-Unis.

Que faire si l’ESTA est refusé ?

Dans le cas où l’autorisation ESTA est refusée et que le voyageur a un besoin réel de se rendre aux États-Unis, alors un visa de non-immigrant doit être demandé directement à l’ambassade ou au consulat américain le plus proche.

Puisque le but du formulaire ESTA est de filtrer les criminels et terroristes potentiels, tous ceux qui répondront oui à toute question relative à ce sujet se verront refuser l’autorisation. Toutefois, si certains demandeurs ont commis des erreurs ou des omissions en remplissant le formulaire, ils auront la possibilité de présenter une nouvelle demande après qu’une période de 10 jours se soit écoulée entre les deux demandes.

Il est extrêmement important que les données et les informations personnelles spécifiées dans le passeport et celles détaillées dans le formulaire soient cohérentes, afin d’éviter un refus. Il est inévitable de répondre aux questions du formulaire en toute sincérité, car, à l’arrivée du visiteur aux États-Unis, cette autorisation pourrait être refusée à la frontière.

Il n’est possible de traiter les visas de non-immigrant dans les ambassades ou consulats des États-Unis qu’après que la demande ait été faite et l’entretien requis. Si l’ESTA a été refusé, c’est la seule alternative supplémentaire pour voyager aux États-Unis.

Si la personne à qui l’autorisation ESTA a été refusée doit voyager en urgence, elle peut demander un visa d’urgence, après avoir démontré la raison du refus.